Enfant de Pavlov

Les chasseurs ont une méthode pour dresser les faucons sauvages afin qu’ils deviennent des animaux de compagnie : ils placent un faucon pris dans un filet et le secouent d’avant en arrière dans un berceau, sans nourriture ni eau. L’aigle le plus obéissant doit donc être formé dès son plus jeune âge. Cela fait penser au loup. Comment un loup devient-il un chien ? Et comment les chiens sont-ils dressés pour être obéissants ? Et puis, qu’en est-il des gens ? Peut-on dresser les gens à l’obéissance comme on le fait pour les animaux ? Les personnes d’un groupe peuvent-elles être apprivoisées collectivement comme des animaux ? Et si oui ? De quelle manière sont-ils formés ? Comment se déroule le processus ? Quel est le but de la formation d’un tel groupe de personnes ? Et que fera le formateur avec ses “chefs-d’œuvre” ?

C’est un sujet intéressant. Je vois un État qui, grâce à la technologie, a dépassé l’État d’Agamben et de Foucault. Elle a non seulement le droit de laisser mourir les gens, mais aussi le droit de décider de les laisser naître. Il a le pouvoir de faire des personnes qu’il autorise à naître celles qu’il veut qu’elles soient. Je voudrais dresser le portrait d’enfants enveloppés d’un tel pouvoir, qui sont endoctrinés en permanence, sous diverses formes, dans un système élaboré qui ferme la boucle de l’esprit et de la psyché. Dans le système éducatif, la cybernétique est utilisée dans toute son ampleur. Le simple abandon de la pensée est récompensé par l’approbation et l’obéissance par le profit. En contrôlant les ressources de survie, en assurant la fermeture de l’information, en créant toutes sortes de terreurs, en établissant des relations d’obéissance, en offrant de petites faveurs, en affaiblissant leur capacité à penser, puis en endoctrinant avec l’idéologie omniprésente, les enfants sont maintenus en captivité comme des animaux et élevés dans l’esprit de l’État de manière à ce qu’ils puissent se limiter, se restreindre et se conformer, ce qui facilite la domination.

La formation de chaque personnalité déformée doit être soigneusement orchestrée dès le plus jeune âge comme un paquet de bonsaïs, et la clé de sa culture est le développement d’un état d’esprit en boucle fermée avec une structure de personnalité mentale correspondante. Cet état d’esprit en boucle fermée est ensuite renforcé par des messages édités qui sont constamment stimulés. Le résultat est une personnalité individuelle dépendante, un conformisme collectif, une indifférence individuelle, des concessions sans fond et le dernier signe pitoyable de résistance est que la personne la plus faible brandit un couteau sur la personne la plus faible. D’autre part, on cultive un collectivisme horrible et cruel, commodément induit par la stupidité, et on éduque les enfants de Pavlov, les enfants de Stockholm, les enfants d’Eichmann, les enfants de Goebbels ……Ces enfants, qui portent la bannière de l’absurdité et de la cruauté de leurs pères, sont les graines d’un avenir de guerre et de tuerie inhumaines, soigneusement entretenues. Ils semblent se situer à un moment de l’histoire, mais à ce jour, je ne sais toujours pas si cette histoire appartient au passé. Si un jour ces enfants arrivent dans notre monde et sont combinés avec les technologies avancées de notre époque telles que le big data, l’intelligence artificielle, l’édition de gènes et la robotique. Quel genre de monde vont-ils créer ensuite ?